L’entretien est-il obligatoire en cas de location ?

Détendu et plein d’impatience, vous vous asseyez devant le configurateur et composez votre voiture de leasing.

Ou bien vous consultez les offres de leasing disponibles, vous jetez un coup d’œil à la liste des prix, vous cherchez un véhicule de leasing avantageux d’Audi, BMW, Porsche, Volkswagen ou d’une autre marque renommée.

Peut-être lisez-vous l’un ou l’autre test de leasing et vous demandez-vous s’il doit s’agir d’une nouvelle voiture de leasing ou d’une voiture d’occasion, par exemple un rachat de leasing ou une voiture d’un an ou d’avant.

À la fin, et après de nombreuses configurations, vous trouvez la voiture de vos rêves et vous voulez commencer à la louer immédiatement.

Mais qu’en est-il de l’entretien, de l’inspection et des réparations ?

Qui les paie et où doivent-ils être réalisés ? Y a-t-il vraiment un engagement obligatoire de l’atelier ou l’atelier d’à côté le fait-il aussi ?

En effet, le respect des intervalles d’entretien n’est pas un remède, mais le devoir du locataire.

Comme le bailleur est et reste le propriétaire du véhicule loué pendant la période de location, il peut également s’assurer que toutes les inspections et réparations sont effectuées ponctuellement et sans délai.

Si, en tant que locataire, vous ne le faites pas ou ne pouvez pas le prouver lors de la restitution du véhicule loué, il peut arriver que vous soyez tenu responsable des dommages indirects et que vous deviez payer de votre poche les réparations ou la dépréciation plus importante.

Entretien pour le leasing : Dans l’atelier du contrat ou chez le « bricoleur » d’à côté ?

En matière de location, la question de l’obligation de respecter les intervalles d’inspection et d’entretien n’est pas la seule à être importante.

La question du « bon » atelier de réparation détermine également si l’on peut par la suite faire appel à la garantie ou au fonds de commerce.

Si vous ne faites pas effectuer les contrôles et les réparations nécessaires dans un atelier agréé ou un atelier coopératif et que vous faites confiance à l’atelier bon marché d’à côté, vous risquez d’avoir une mauvaise surprise en cas de sinistre, précisément parce que les banques de leasing – qu’il s’agisse de banques de constructeurs ou de banques indépendantes – l’exigent pour pouvoir ne serait-ce que reconnaître ultérieurement les droits à la garantie ou à la survaleur.

Se rendre dans un atelier de réparation agréé peut bien sûr coûter plus cher que les inspections et les réparations effectuées dans des ateliers supposés moins chers.

D’autre part, certains bailleurs proposent une location avec service complet, où les coûts des inspections et de certaines réparations sont déjà inclus.

Mais même avec de tels forfaits ou modules de services, il est important de comparer et de lire exactement ce qui est inclus et ce qui ne l’est pas (par exemple, seulement une inspection et seulement des réparations de pièces d’usure relativement peu coûteuses)

Leasingtime.de : tout à l’intérieur et toujours immédiatement visible

Toutes les offres sur le plateforme Leasingtime.de indiquent clairement quels services sont inclus dans le tarif de location et lesquels doivent être payés séparément.

Cela s’applique aux frais d’inspection ainsi qu’à l’assurance ou à d’autres services et peut être constaté tant pour les voitures neuves que pour les voitures d’occasion en leasing.

En fin de compte, chez Leasingtime.de, on garantit des conditions équitables et une transparence maximale â chaque offre.

Bien entendu, on propose également toute une série de services supplémentaires attrayants et peu coûteux, tels que le service de recommandation d’évaluateurs ou le service de livraison de voitures.

En outre, le calculateur pratique de comparaison d’assurances automobiles Leasingtime.de et la possibilité de trouver la voiture de leasing de vos rêves avec des clics ciblés rapidement et (si vous le souhaitez et que l’offre vous convient) également de conduire.

Protection contre le vol de voiture : comment repousser les voleurs de voiture ?
Klaxonner – quand est-ce qu’on a le droit de le faire ?