En automne,gare à l’aquaplanage qui redevient une menace constante

En automne, l’aquaplanage redevient une menace constante. Lorsque l’eau s’accumule sur la chaussée et que les pneus « flottent », la panique se développe rapidement chez le conducteur. Vous pouvez le faire pour garder le contrôle de votre voiture en cas de forte pluie.

Comment l’aquaplanage se produit-il ?

L’aquaplanage est un phénomène qui se produit sur les routes mouillées : Le véhicule perd le contact entre les pneus et le sol et est temporairement incontrôlable. Cela se produit parce qu’une sorte de vague de proue se forme devant le pneu en raison de l’augmentation du niveau de l’eau, qui ne peut pas s’écouler assez vite. Les rainures de la bande de roulement du pneu se remplissent aussi complètement d’eau ; il n’y a plus de « grip » et même l’ESP et l’ABS échouent dans une telle situation.

Wo tritt Aquaplaning auf ?

Afin de protéger les automobilistes contre l’aquaplanage, la construction d’autoroutes et de routes nationales est généralement conçue pour permettre à l’eau de s’écouler sur la chaussée le plus rapidement possible. Néanmoins, il existe des endroits typiques où l’aquaplanage peut se produire rapidement, comme les passages souterrains, où l’eau peut facilement s’accumuler. Les courbes peuvent également être dangereuses si de l’eau s’y accumule. La prudence est également de mise sur les routes très larges comme les autoroutes à plusieurs voies. Ici, l’eau met un temps particulièrement long à s’écouler. Les routes qui longent directement les pentes rocheuses ou montagneuses représentent un autre danger : Ceux-ci forment une sorte de voie d’eau qui descend dans la vallée lorsqu’il pleut abondamment.

Conseil n°1 : vérifiez la profondeur de la bande de roulement et la pression des pneus

Une des mesures préventives contre l’aquaplanage est la vérification régulière des pneus. Les rainures de la bande de roulement d’un pneu servent, entre autres, à absorber l’eau sur la surface de la route et à créer ainsi un contact entre le caoutchouc du pneu et la surface de la route. Si la profondeur de la foulée est trop faible, l’eau aura moins de place – l’aquaplanage se produira plus rapidement. Vous devez donc veiller à ce que vos pneus aient une profondeur de sculpture suffisante. La profondeur minimale prescrite de 4 mm pour la bande de roulement est un minimum absolu ; même à ce stade, vous devez vous attendre à une adhérence nettement moindre du pneu.

La pression des pneus joue également un rôle dans le risque d’aquaplanage. Les pneus plus légers flottent plus facilement, ce qui favorise l’aquaplanage. Il est donc essentiel de contrôler régulièrement la pression des pneus pour se protéger contre l’aquaplanage.

Conseil n°2 : l’heure de Drosseln

Plus la vitesse à laquelle une voiture se déplace sur une route mouillée est élevée, plus le risque d’aquaplanage est important. Des tests effectués par l’ADAC (Automobile Club allemand) ont montré qu’à un niveau d’eau de 7 mm et une profondeur de 8 mm, l’aquaplanage se produit à des vitesses de 75 à 85 km/h. Comme très peu de véhicules roulent avec des pneus de 8 mm à l’état neuf et que le niveau de l’eau peut facilement dépasser 7 mm par endroits, vous devez maintenir votre vitesse bien en dessous de 80 km/h sous une forte pluie. Bien entendu, la vitesse de conduite doit également être adaptée aux conditions de visibilité et une distance suffisante doit être maintenue par rapport à la voiture qui précède.

Conseil n°3 : Conduisez prudemment

Attention aux premiers signes de l’aquaplanage : vous pouvez voir des nuages noirs bas dans le ciel et les premières gouttes de pluie épaisses tombent sur votre pare-brise ? N’attendez pas que le contact entre les pneus et la route disparaisse, mais freinez immédiatement en cas de forte pluie. Le bruit de l’eau et le changement audible du régime moteur annoncent également l’aquaplanage. Soyez particulièrement prudent dans les endroits où l’eau peut facilement s’accumuler et où l’aquaplanage peut donc se produire rapidement. C’est le cas par exemple dans les passages souterrains, les virages et sur les routes très larges.

Conseil n°4 : comportement correct en matière d’aquaplaning

Si le volant bat et que la voiture cesse soudainement de répondre aux changements de direction et au freinage, vous avez déjà été pris par l’aquaplaning. Il est maintenant temps de réagir correctement : Quoi qu’il arrive, gardez les deux mains sur le volant. Ne freinez pas et ne dirigez pas, car les pneus flotteront de toute façon. Cependant, si le véhicule reprend contact avec la route, des pneus à l’arrêt ou tordus peuvent rapidement vous faire déraper. Pour cette raison, ne freinez pas du tout afin que le film d’eau entre les pneus et la route puisse se dissiper lentement.

Protection contre le vol de voiture : comment repousser les voleurs de voiture ?
Klaxonner – quand est-ce qu’on a le droit de le faire ?