Un véhicule électrique 100 % adapté à un usage quotidien ? Une auto-expérience.

Un model de voiture électrique  

Honnêtement, nous ne sommes pas senti différent de beaucoup d’autres personnes qui flirtent avec l’achat d’une voiture électrique. Nous vivons en Suisse et nous parcourons environ 30 000 kilomètres par an sur le chemin du travail et pour des voyages d’affaires. Cela fonctionnera-t-il même avec une voiture électrique ? Allons nous être bloqué à un moment donné parce que la batterie est « à court de jus » et que la prochaine station de recharge se trouve à des kilomètres ? Comment se comporte une voiture électrique et pouvons nous la comparer avec notre »diesel » ?

C’est ainsi que mon test a commencé : deux semaines sur la route en silence et sans gaz d’échappement malodorants. Ma fidèle partenaire : la ZOE de Renault. La publicité le promet : 100 % adapté à un usage quotidien. Ce qui devrait être prouvé…

Outil de démarrage moteur

Disons-le tout de suite : la ZOE est une super voiture ! Bonne accélération, bonne tenue de route. La clé sous forme de carte ne nous plaît pas tellement et ne tient pas vraiment dans la poche… Mais elle est certainement bonne à trouver dans le sac à main…

L’affichage des kilomètres restants prévus fonctionne très bien… Même lorsque nous nous rendons au travail en passant par le Staffelegg, le petit col de l’Argovie suisse, il convient, parfois, de faire encore plus de kilomètres.

Dans l’équipement, nous donnons quelques points négatifs : Le système mains libres s’est avéré inutilisable, la climatisation « souffle » en mode automatique plutôt faible. À 30 ° C et lorsque le véhicule était au soleil, nous avons dû ajuster manuellement brièvement. Mais ensuite, ça a marché.

L’écran tactile offre un bon guidage, mais des temps de réponse relativement lents, et la qualité de la réception radio sans radio numérique est plutôt en dessous de la moyenne. 

La batterie se « recharge » différemment

Lorsque le véhicule arrive à la station de recharge, ZOE indique très précisément le temps que prendra le processus de recharge. La charge via la prise Schuko à la maison ne me semble pas réaliste en raison de la charge de la prise dans l’installation domestique et du long temps de charge.

Dans de nombreux lieux publics dotés de 2,3 kW, tout cela prend également trop de temps. Avec la nouvelle station de recharge Energiedienst de 22 kW, la charge passe de 20 % à 100 % en une heure. Un tel dispositif serait également souhaitable à la maison.

Le voyage de retour parfois en danger

Lorsqu’il s’agit de stations de recharge, nous avons de temps en temps des réticences : Le réseau de 22 kW en Suisse est insuffisant, les stations de recharge souvent hors service (Cham, train), ce qui a mis en danger notre voyage de retour de temps en temps.

La plupart des parkings disposent désormais de prises de type 2 aux points de recharge, mais avec une puissance de seulement 2,3 kW, ce qui signifie « insuffisant ».

De nombreux concessionnaires Renault en Suisse proposent des stations de recharge de 22 kW, mais uniquement avec une carte de client (apparemment donnée aux clients suisses). Le déclenchement par téléphone mobile n’a jamais fonctionné pour nous et le centre d’appels était débordé.

Malheureusement, les stations de recharge ne sont souvent pas « sans obstacles », c’est-à-dire qu’elles sont accessibles avec une clé ou une carte pour un groupe fermé d’utilisateurs ou sur rendez-vous.

Dans le coin de Baden, nous pouvions nous rabattre sur les « nouvelles » colonnes avec 22 kW. Même une excursion dans la Forêt-Noire était alors possible sans problèmes majeurs.

La récupération en descente est impressionnante, d’ailleurs. L’espoir renaît pour tous les « Elektro » qu’Energiedienst installera une cinquantaine de bornes de recharge d’ici à la fin 2014, où le paiement pourra être effectué par carte de crédit.

En résumé : un bijou, cinq places, maniable, dynamique, écologique, un jalon dans le domaine des e-cars et honnêtement 140 km suffisent, car pour plus vous êtes généralement plus rapide avec les transports publics.

Un projet de voiture à conduite autonome.
La voiture électrique nous aide-t-elle à protéger l’environnement ?